Pose nichoir Effraie

« Un nichoir, un abris, une aide pour un couple d’Effraies des Clochers »

    Le samedi 12 janvier 2013, le club CPN « Les P’tites Natures » de Brocéliande a posé un nichoir à Effraie des Clochers, ce beau et fragile rapace nocturne, qui, comme tant d’autres, manque cruellement de lieu de nidification. Surnommée aussi « Dame Blanche », elle est beaucoup étudiée par l’association qui a fait un bon nombre de suivis à Boisgervilly et ailleurs. 

    Malheureusement, il n’est pas rare de retrouver des individus morts (voir photo ci-contre). On ne le voit que très souvent, trop souvent. Il faut donc agir en urgence pour cette espèce en voie de disparition, car la moitié n’atteint pas sa 2ème année de vie ! Les 3 causes principales de mortalité de ces petites merveilles, totalement inoffensives pour l’Homme, sont : 

-Le froid (et le manque de nourriture).

-La disparition progressive de lieux de nidification.

-Les voitures.

    L’Homme se montre, hélas, encore une fois, bien ingrat envers la nature. C’est principalement lui qui est à l’origine de ces causes de mortalité. De plus, l’Effraie des Clochers est de plus en plus ignorée, de plus en plus méconnue, ce qui n’est pas pour arranger la situation. C’est pour ces raisons que nous avons posé ce nichoir. Il en faudra encore beaucoup pour prétendre avoir un impact réel sur la protection de ce rapace maltraité, car le besoin est en constante augmentation par les temps qui courent. Un nichoir accueille un couple. Je vous laisse donc imaginer le nombre alarmant de nichoirs qu’il reste à poser… Mais nous concernant, ce n’est que le premier, il y en aura d’autres ! Et si chacun apportait sa goutte d’eau à l’incendie, le feu serait bien vite éteint.

    Le lieu choisi a été une vielle chapelle de Boisgervilly où une Effraie des Clochers avait été suivie l’année précédente. Cette année, nous y avons retrouvé une morte, certainement de faim, à côté de son petit (voir photos page 1). Après avoir déposé une couche confortable de copeaux de bois au fond du nichoir, et un peu de bricolage, place à la pose : la partie la plus laborieuse ! Une fois la place dégagée en haut de cet arbre (en ayant coupé quelques branches superflues à la tronçonneuse), nous avons hissé le nichoir grâce à un système de poulies, une tâche loin d’être aisée. Une fois en haut, nous l’avons placé de façon à ce que l’entrée soit accessible en prenant garde à ce qu’il soit stable et bien fixé.

    Et voilà une bonne chose de faite ! En espérant que ce nichoir sera habité pour de nouvelles observations de cette espèce passionnante… Un grand merci à Jean Yves Morel pour son aide plus que précieuse et ses conseils très utiles!

©Photos Effraie des Clochers : Virginie Michel